For a better experience please change your browser to CHROME, FIREFOX, OPERA or Internet Explorer.
«Foulkan ale» : Ameenah Gurib-Fakim se dit étonnée de la prise de position de SAJ 

«Foulkan ale» : Ameenah Gurib-Fakim se dit étonnée de la prise de position de SAJ 


Ameenah Gurib-Fakim se dit étonnée de la prise de position de sir Anerood Jugnauth (SAJ) à l’égard des membres du gouvernement qui sont empêtrés dans des « scandales ». Dans une déclaration à Radio Plus, cet après-midi, vendredi 15 janvier, elle parle de « deux poids deux mesures ». 

L’ex-présidente de la République réagit après un entretien de l’ancien Premier ministre et ex-président de la République. Entretien diffusé dans « Le Défi Quotidien » et reproduit sur notre site Web aujourd’hui même. 

Dans une lettre ouverte, publiée sur sa page Facebook, Ameenah Gurib-Fakim soutient que, dans son cas, la police n’a même pas enquêté sur la fuite de ses relevés bancaires.

À une question de notre journaliste, lui demandant si le ministre Yogida Sawmynaden devait démissionner suite aux allégations pesant sur lui, SAJ a répondu : « Nous savons tous qu’il y a une enquête en cours. Elle n’est pas encore terminée. Nous devons attendre une conclusion et que la justice fasse son travail. Ce n’est qu’à partir de là qu’on pourra dire à la personne : ‘Foulkan ale’. Il y a également eu des allégations contre Pravind Jugnauth et on lui demande de partir. Dans quel pays peut-on voir de telles choses ? Si c’est comme cela, on aurait tout le temps fait partir les Premiers ministres. Si koumsa, enn dimounn kouma Navin Ramgoolam ti bizin fini fer ale depi lontan ».

Ameenah Gurib-Fakim a été au centre d’une polémique après la publication d’articles dans la presse concernant des achats personnels qu’elle aurait effectués avec une carte de crédit mise à sa disposition par l’ONG Planet Earth Institute, dirigée par l’homme d’affaires angolais controversé, Alvaro Sobrinho. 
 
Elle avait dû démissionner de ses fonctions comme présidente de la République le 23 mars 2018, dans le sillage de ce scandale, appelé affaire Platinum Card. Le gouvernement a par la suite institué une commission d’enquête sur elle.





Source link

leave your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recent Comments

Top Try our App
Try our App