For a better experience please change your browser to CHROME, FIREFOX, OPERA or Internet Explorer.
Rencontre avec les leaders des partis de l’opposition : voici les « 36 droits fondamentaux » présentés par Linion Sitwayin

Rencontre avec les leaders des partis de l’opposition : voici les « 36 droits fondamentaux » présentés par Linion Sitwayin


Une délégation de Linion Sitwayin, dont Bruneau Laurette, le porte-parole, l’artiste Zanzak Arjoon et le chanteur Bruno Raya, entre autres, se sont entretenus avec les leaders des partis de l’opposition, cet après-midi, vendredi 5 février, à l’hôtel Hennessy Park, à Ébène.

La délégation dit vouloir s’assurer que l’opposition apportera un changement de système si elle accède au pouvoir.Ils ont, dans cette optique, présenté une charte de 36 droits fondamentaux, découlant, disent-ils, de la Constitution.

Linion Sitwayin souhaite, entre autres, que le Parlement tienne au minimum 100 séances par année et que le calendrier parlementaire soit rendu public avant le 30 janvier de chaque année.

Linion Sitwayin rappelle que « tout citoyen dispose du droit de vote, les institutions responsables des différents scrutins ont la responsabilité de constitutionnelle de s’assurer de l’accessibilité de ce droit ». « De surcroît, le Mauricien dispose du droit d’user de sa langue maternelle partout, y compris pour se défendre », peut-on lire dans la charte.

Ci-dessous les 36 points fondamentaux de Linion Sitwayin :

1) La République de Maurice est un État souverain et démocratique.

2) Les droits et libertés fondamentales comme institués par la Constitution de 1968, sont garantis pour tous les Mauriciens.

3) Chaque Mauricien a, entre autre liberté, la liberté de penser, de conscience, d’opinion et d’expression et dispose du droit d’en faire usage à travers tous les moyens de communication existant ou à venir. La liberté d’expression, et l’obligation qui en découle de ne pas en faire usage pour attiser la haine et la discorde, est une valeur fondamentale du mauricianisme

4) Les Mauriciens ont le droit d’être protéger contre toutes formes de violence telles que garanties par les libertés fondamentales. Les lois en vigueur ne peuvent restreindre abusivement les libertés fondamentales.

5) Les Mauriciens disposent de la liberté de mouvement, un citoyen mauricien ne peut être empêché de quitter ou de revenir sur le territoire mauricien, ni être obligé de rester sur le territoire mauricien ou d’être interdit de se déplacer dans l’espace public mauricien sans une décision de justice restreignant cette liberté de mouvement.

6) Les Mauriciens disposent du droit de s’informer des affaires publiques auprès des autorités compétentes qui ont l’obligation de donner l’accès à toute information qui engagent des fonds publics.

7) Les mauriciens élus comme représentants au Parlement mauricien ont le devoir d’assurer la transparence sur les affaires publiques et d’être respectueux des lois.  

8) Les Mauriciens bénéficient de la protection du droit à la vie, à la liberté et à la sécurité personnelle, qui sont garantis par nos droits fondamentaux et par les institutions chargées de leur application.

9) Les mauriciens  ont droit à l’égalité pour tous devant la loi dans une société qui pratique l’intégration sociale comme le droit au logement ou tout autre droit relatif aux besoins essentiels du citoyen. Les moyens et les ressources dont dispose ou ne dispose pas les citoyens mauriciens ne peuvent être des motifs épargnant l’Etat de sa responsabilité d’assurer l’intégration sociale.

10) Tous les Mauriciens bénéficient de la liberté de croyance, de conscience et de religion incluant la religion rastafari.

11) Les Mauriciens ont le droit de se réunir pacifiquement et disposent de la liberté d’association.

12) La presse mauricienne dispose, comme dans toute démocratie respectable, de la liberté de la presse que les Mauriciens reconnaissent comme une liberté fondamentale.

13) Tout citoyen mauricien dispose du droit de vote, les institutions responsables des différents scrutins ont la responsabilité constitutionnelle de s’assurer de l’accessibilité de ce droit.

14) Le Parlement doit tenir un minimum de 100 séances par année et le calendrier parlementaire doit être rendu public avant le 30 janvier de chaque année.

15) Aucun citoyen mauricien ne peut être privé de sa liberté ou de l’intimité de sa vie privée si aucune charge formelle n’est retenue contre lui. Les actions de police portant atteinte à ces libertés doivent être strictement encadrées par l’autorité d’un magistrat dans le cadre de cette charge formelle.

16) Tout Mauricien a droit à la protection contre la détention ou l’emprisonnement arbitraire.

17) Pour qu’un Mauricien soit arrêté, il doit être informé des motifs de son arrestation ou de sa détention. Si, pour des raisons liées à l’enquête, le motif ne peut être révélé, l’accès au service d’un avocat doit être accordé dans l’heure à compter du moment de l’arrestation.

18) Les services de police mauricienne ont l’obligation de traiter toutes les complaintes.

19) Les services de police mauricienne sont responsable du bien-être, de la sécurité physique et mentale des mauriciens.

20) Les services de police doivent collaborer avec les services sociaux et les associations au service du public sans aucune discrimination ou favoritisme.

21) Le Mauricien dispose d’un service de santé gratuit de qualité, s’assurant du respect de la vie et de la dignité humaine.

22) Le Mauricien bénéficie d’un système d’éducation qui favorise le développement des talents de chacun par un système éducatif pratiquant l’intégration. Le système éducatif mauricien doit protéger de la discrimination, du surmenage et du stress liés à la compétition en faveur du développement de la confiance en soi et de la créativité.

23) L’art et la culture font partie intégrante du système éducatif mauricien afin de préserver notre patrimoine multiculturel unique.

24) La pratique du sport est un élément fondateur du système éducatif, du bien-être et de la santé publique.

25) Le gouvernement mauricien nomme et choisit les candidats pour les postes stratégiques selon les principes de transparence en favorisant les candidats les mieux qualifiés et disposant des qualités requises.

26) L’économie mauricienne dispose de règles différentes pour encadrer les divers types d’entreprises tout en observant le principe d’équité.

27) La culture dispose au sein de la République de Maurice d’un statut de patrimoine immatériel qui est protégé et financé afin qu’elle soit préservée et perpétuée.

28) La nature et l’environnement sont des ressources essentielles pour la république de Maurice qui a la responsabilité de les transmettre aux générations futures dans les conditions idéales de préservation. Les rivières, les montagnes, les plages, les îles et la mer font partie du patrimoine inaliénable de la nation mauricienne, tel que défini par la loi dans le respect des libertés fondamentales.

29) Les citoyens de la République de Maurice qui souffrent d’un handicap, physique ou mental, d’une maladie chronique ou d’une addiction bénéficient d’un statut spécial leur octroyant une protection accrue de leurs libertés fondamentales.

30) Les Mauriciens sont libres de vivre selon leur choix et sans être persécutés en ce qu’il s’agit de leur vie amoureuse, sexuelle et familiale dans le respect des droits et de la dignité de la personne.

31) Les Mauriciens reconnaissent que les animaux domestiques, d’élevages ou sauvages sont des êtres vivants qui doivent être traités avec dignité et respect. La société mauricienne est engagée à ce que les animaux vivant dans la nature ou sous la responsabilité des hommes ne puissent être soumis à des traitements brutaux et violents.

32) Les Mauriciens reconnaissent que les partis politiques ont une place vitale dans le fonctionnement d’une démocratie. Dans le cadre du respect de la liberté fondamentale de pratiquer et d’agir en tant que structure politique, les partis politiques ont l’obligation de transparence sur leurs sources de financement.

33) Les Mauriciens reconnaissent que l’accès à l’eau potable est un droit qui découle directement du droit à la vie. La responsabilité de l’Etat est de s’assurer que chaque Mauricien puisse disposer de suffisamment de cette ressource pour son hygiène personnelle et ses besoins vitaux.

34) Les droits et libertés fondamentales des travailleurs mauriciens, en tant que personnes physiques ayant ou non la capacité de travailler, bénéficient d’une protection accrue notamment vis-à-vis des personnes morales ou physiques qui les emploient.

35) Tout Mauricien a le droit de refuser une identification à une appartenance ethnique ou culturelle selon son de mode de vie. Ce refus ne doit lui porter aucun préjudice dans l’exercice de ses libertés fondamentales.

36) Tout Mauricien à un droit d’accès à l’information dans sa langue maternelle, cela en dépit des lieux, des circonstances et des instances dans lesquels l’information est véhiculée. De surcroit, le Mauricien dispose du droit d’user de sa langue maternelle partout, y compris pour se défendre.





Source link

leave your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recent Comments

Top Try our App
Try our App