For a better experience please change your browser to CHROME, FIREFOX, OPERA or Internet Explorer.
Secteur privé : la grande reprise à partir du 6 janvier

Secteur privé : la grande reprise à partir du 6 janvier


Entre les secteurs qui n’ont pas cessé d’opérer et d’autres qui reprennent leurs activités cette semaine, la reprise du travail dans le secteur privé s’annonce progressive. Une rentrée qui est bien différente des précédentes années, car les opérateurs appréhendent toujours les effets de la Covid-19. Tour d’horizon ! 


PME : une reprise sous le signe de l’appréhension 

Les PME, qui ont fermé avant Noël, ont repris leurs activités ce lundi 4 janvier. Par contre, celles, qui ont été au four et au moulin jusqu’au 31 décembre, reprendront du service les 6, 7 voire le 11 janvier. « Nous nous sommes accordé quelques jours de congé avant d’aborder cette nouvelle année marquée par les incertitudes », avance Maya Sewnath, secrétaire de la Fédération des PME. « Les PME s’accordent quelques jours de congé afin de pouvoir se ressourcer. Par ailleurs, en début d’année, les ressources sont limitées et les activités tournent au ralenti », renchérit Sanjay Mungur, CEO d’Empretec. 

Maya Sewnath appréhende, toutefois, 2021. « Les signaux sont loin d’être positifs. Nous espérons que la nouvelle année sera meilleure, mais nous restons inquiets car il n’y a aucune visibilité pour le moment », fait-elle ressortir. 

Sanjay Mungur y va également de son commentaire. « Les PME ont mis beaucoup de bonne volonté en 2020. Elles ont lutté pour maintenir la tête hors de l’eau malgré les hauts et les bas. Cette tendance devrait perdurer cette année-ci, surtout que la situation économique dépendra de la vaccination, de l’évolution de la Covid-19 ou encore de l’attitude des consommateurs et des clients », soutient-il. Pour lui, 2021 sera aussi une année de remise en ordre et de remise en question pour les PME et cela, à divers niveaux : type de produits à fabriquer, qualité des produits, nombre d’effectif, efficience du personnel et productivité, entre autres. « Les PME seront aussi plus enclines à chercher d’autres marchés cette année », conclut-il.  


Tourisme : les opérateurs dans l’attente 

Certains opérateurs arrivent à tirer leur épingle du jeu, d’autres non.
Certains opérateurs arrivent à tirer leur épingle du jeu, d’autres non.

Le tourisme comprend plus de 30 types de licences exploitées par plus de 3 000 entrepreneurs. « Les membres du personnel engagés dans l’hébergement et dans l’accueil des clients locaux n’ont pas cessé de travailler », observe Ajay Jhurry, président de l’Association of Tourist Operators. D’autres activités, comme les sociétés de gestion de destination ou encore celles qui sont dans la location des voitures, sont moins chanceuses et restent grandement touchées par les effets de la Covid-19. D’où le fait que les opérateurs suivent de près les résultats du vaccin contre la Covid-19 et la situation économique mondiale. « Il nous faudra aussi attendre les effets des stratégies qui se mettent en place. La réouverture des frontières est aussi attendue. En attendant, c’est ‘wait and see’ », conclut Ajay Jhurry. 


Commerce/grande distribution : les clients consomment, mais moins 

Depuis lundi, Dream Price ferme  ses portes à 19h30.
Depuis lundi, Dream Price ferme ses portes à 19h30.

Du côté des magasins, il n’y a pas eu d’arrêt. « Nous continuons à opérer. Nous ouvrons cependant jusqu’à 13 heures depuis le 1er janvier, avec un système de rotation des employés. Nous reprenons nos horaires habituels à partir de ce samedi », indique Parlen Rengen, gérant du magasin Royal. Les supermarchés ont, eux aussi, ouvert leurs portes tous les jours. « Nous avons fermé à 13 heures les 1er, 2 et 3 janvier. Mais, à partir du 4 janvier, nous opérerons jusqu’à 19 h 30 comme c’est le cas normalement », avance Nooreza Fauzee, directrice financière de Seven Seven Co Ltd (Dream Price). 

« Nous avons travaillé jusqu’au 31 décembre. Nous reprendrons nos activités le 6 janvier. Ces quelques jours de repos nous permettront de reprendre notre souffle en vue d’attaquer de plain-pied la nouvelle année qui s’annonce difficile avec le tourisme qui reste au point mort et les frontières qui demeurent fermées. Et le manque de visibilité n’arrange en rien les choses », renchérit Charles Li, Chairman d’ATL (anciennement connu sous l’appellation d’Albert Trading Ltd) – Ndlr : la compagnie est spécialisée dans l’importation et la distribution des produits luminaires, électriques et d’outillages. 

Quant à Parlen Rengen, il observe un certain ralentissement en ce début d’année. « En ce moment, les Mauriciens achètent de la sono  portative, des tables pliantes, des chaises en plastique et des karaokés. Ils sont toujours en mode festif. Nous espérons que 2021 sera meilleure. Attendons voir et croisons les doigts », avance Parlen Rengen. 

Quant à Nooreza Fauzee, elle constate une baisse des ventes comparé à l’an dernier. « Avec la rentrée des classes et le travail qui reprend, les gens continuent à faire des achats, même c’est moins comparé à la même période en 2019 », conclut-elle.


Transport : Pas de changement dans le service, mais moins de passagers 

Comme les autobus, le Metro Express opère aussi normalement en cette période de festivités.
Comme les autobus, le Metro Express opère aussi normalement en cette période de festivités.

Autobus, taxi, métro… le secteur du transport n’a pas cessé d’opérer. « Nous opérons tous les jours avec les mêmes horaires. Certes, nous avons des employés qui ont pris des congés en cette période festive, mais nous avons établi un calendrier de travail nous permettant d’opérer normalement », indique Rajesh Seeburrun, président de la Moka Flacq Bus Owners Cooperative Society. 

Le Metro Express opère, lui aussi, normalement, soit de 6 heures à 19 heures de lundi à jeudi et jusqu’à 22 heures les vendredis et samedis. « En temps normal, nous accueillons quotidiennement entre 10 000 et 13 000 passagers (Ndlr : le Metro Express a enregistré un record de 20 000 passagers le 24 décembre). Nous notons plus ou moins la même tendance en ce début d’année », indique le Dr Das Mootanah, CEO de Metro Express Limited (MEL), qui avance que les travaux sur le tronçon Curepipe/Quatre-Bornes ont repris le 2 janvier.

Du coté des taxis, les chauffeurs travaillent 7 jours sur 7. « Nous avons des clients, mais moins comparé à l’an dernier. Par ailleurs, les clients demandent à casser les prix. Ils nous disent ‘karay-la so’ », explique Farad Mohamoodally, chauffeur de taxi à St-Pierre. 


Secteur des Tics : Entre opportunités et incertitudes 

Des entreprises sont plus disposées à externaliser certaines activités.
Des entreprises sont plus disposées à externaliser certaines activités.

C’est « business as usual » dans le secteur des Tics. « Tous nos employés ont travaillé jusqu’au 31 décembre. Cependant, les 1er et 2 janvier, quelque 30 sur 1 200 employés ont été de service. Ce lundi 4 janvier marque la reprise normale de nos activités. Nous opérons à 100 % de notre capacité », indique Eshan Chady. Pour le directeur d’EUROCRM Océan Indien, 2021 est une année à surveiller de près. « La situation dans le secteur va dépendre de l’évolution au niveau sanitaire dans le monde. Nos flux d’activités dépendent de ce qui se passe en France et ailleurs. Par contre, le fait que Maurice ne soit pas en confinement contrairement à plusieurs de nos concurrents est un atout. Cependant, il y a beaucoup d’incertitudes », fait-il valoir. 

Didier Samfat, consultant dans le secteur des Tics, est tout aussi inquiet. « Les entreprises sont frileuses et pas mal de projets ont été mis en veilleuse. D’ailleurs, certains centres d’appels, surtout ceux opérant avec les lignes aériennes, ont dû fermer leurs portes. Du coup, 2021 reste incertaine. D’autant plus que nous ne savons pas comment évolueront les choses », souligne-t-il. 

Quant à Damien Bathurst, directeur général d’Assistance Virtuelle Ltd – l’entreprise a repris ses activités ce lundi 4 janvier – les opportunités sont là. « Avec l’émergence du télétravail suite à la Covid-19, les entreprises sont plus disposées à externaliser certaines activités. Ce qui représente une opportunité pour le secteur », a-t-il conclu.   


Textile : honorer les commandes 

RT Knits, entreprise comptant 2 000 salariés, a repris ses activités le 4 janvier pour honorer les commandes. La compagnie favorise l’utilisation des technologies les plus adaptées afin de répondre aux attentes du marché dans le contexte actuel. « Face à l’impact de la Covid-19, la compagnie a choisi de se lancer dans une innovation positive en fabriquant des masques depuis le confinement », explique le CEO, Kendall Tang. Pour lui, l’un des défis majeurs cette année est de transformer la main-d’œuvre et créer de la valeur à travers l’innovation pour dynamiser le secteur textile et franchir un nouveau palier.


Agriculture : les légumes dans l’attente d’être récoltés 

Certains travailleurs seront à leur poste ce mardi.
Certains travailleurs seront à leur poste ce mardi.

Kreepalloo Sunghoon, secrétaire de la Small Planters Association, déplore que les planteurs n’aient pu récolter des légumes ces derniers jours. « Certains travailleurs des champs sont en congé et vont reprendre ce mardi. La situation devra donc retourner à la normale », avance-t-il. En attendant, ajoute-t-il, les planteurs sont contraints de laisser leurs terrains sans surveillance durant cette période de festivités en raison du manque d’effectif. « Ce qui est à l’origine d’une recrudescence de vols de légumes dans différentes régions à travers l’île », soutient-il en ajoutant que « plusieurs planteurs subissent des pertes car les légumes, déjà prêts, attendent d’être récoltés ». 

 


Construction : des sites à livrer et du retard à rattraper 

Inteaz Badulla, membre du Construction Industry Development Board (CIDB), avance que les employés du secteur de la construction ont repris le travail ce 4 janvier, car il y a des sites à livrer. « La crise économique et la Covid-19 ont entraîné du retard sur les sites. Or, les entrepreneurs, surtout en ce qu’il s’agit des travaux publics, doivent strictement se conformer aux obligations du contrat », explique-t-il.  Il insiste aussi pour l’importation de la main-d’œuvre étrangère afin de pouvoir remplir les obligations. « C’est dommage que certains Mauriciens ne voient pas leur travail comme une priorité pour aider les entreprises, surtout en ces temps difficiles », conclut Inteaz Badulla.


Les secteurs conventionnels reprendront en fin de semaine

Une partie des entreprises du secteur privé a rouvert hier, le lundi 4 janvier. Cependant, la véritable reprise devrait se faire en fin de cette semaine, alors que d’autres activités redémarreront lundi prochain.  

Il faut noter que plusieurs secteurs comme la distribution, le commerce, la restauration ou encore le transport public n’ont pas cessé d’opérer durant la période festive. Certains de ces services se sont maintenus et les employés ont travaillé selon un système de rotation. Cependant, les secteurs dits conventionnels qui comportent l’assurance, la compatibilité ou encore les ‘management companies’ devraient reprendre ce jeudi 7 janvier ou le lundi suivant (11 janvier). Du côté de la construction ou de l’agriculture, les activités tourneront à 100 % la semaine prochaine. En temps normal, les sentiers de construction seront opérationnels durant la deuxième, voire la troisième semaine de janvier. Une source explique que la reprise dans le secteur privé se fera presque à la même période que la rentrée scolaire. « Les parents planifient leurs congés en fonction de cela. Idem pour certaines entreprises qui organisent leur calendrier en tenant en compte cet aspect », fait-elle ressortir.  


Fonction publique : 25 % d’absentéisme pour la grande rentrée

Après la période festive, des préposés de la Fonction publique et des organismes parapublics ont repris le chemin du travail, lundi 4 janvier, marquant la grande reprise 2021. 75 % des fonctionnaires étaient fidèles au poste.

Sur les quelques 82 000 fonctionnaires, plus de 61 500 ont repris le chemin du travail, lundi. Le taux d’absentéisme était de 25 %, soit un peu plus de 20 000 préposés qui ont pris soit des Local, Sick ou Special Leaves’. Le taux de présence s’élève à 75 % cette année contre 71 % l’année dernière. 
Le ministre de la Fonction Publique, des Réformes administratives et institutionnelles, Vikram Hurdoyal a salué les fonctionnaires qui ont démarré l’année 2021 sur une note positive. « Je suis satisfait du taux de présence de 75 %. C’est un taux supérieur à l’année dernière. Les fonctionnaires ont repris le travail avec positivité et courage », affirme le ministre.

Business as usual dans les corps parapublics

Au niveau de la Central Water Authority (CWA) et du Central Electricity Board (CEB), on explique que la reprise a été ‘business as usual’. « C’était une journée normale. La grande majorité était présente. Rien d’anormal n’a été enregistré », indique-t-on au niveau de ces deux organismes.
Même son de cloche de la Mauritius Post. Giandev Moteea, le CEO, indique que cela a été une bonne reprise. « Nos employés se sont montrés responsables. Le taux d’absence était de 1,5 %. Tout le monde sait que nous sommes dans une période pointe et on a du pain sur la planche », lance le patron de services postaux.

Au niveau de la Mauritius Ports Authority (MPA), le président Ramalingum Maistry soutient que le secteur portuaire tourne sur une base 24/7, sauf pour ceux qui sont dans l’administration. « Tout est normal. On a enregistré un taux de présence de 80% », nous dit-il.

Anooj Ramsurrun, le directeur par intérim de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), est également satisfait de la reprise. « Le système opère normalement. Cela a été le cas pendant la période festive. C’est ‘business as usual’ »,évoque notre interlocuteur.

Chez Mauritius Telecom, les bureaux administratifs ainsi que les Telecom Shops sont restés fermés lundi. Les activités reprennent normalement ce mardi 5 janvier. 

Bon à savoir 

Les banques ont aussi repris du service ce lundi 4 janvier. Elles opèrent de 9 heures à 15 h 15 (Ndlr : les heures de fermeture à la Mauritius Housing Corporation) est de 15 h 30. 

EN CHIFFRES 

On compte environ 506 300 employés à Maurice en incluant la main-d’œuvre étrangère, indique Statistics Mauritius dans son dernier rapport sur l’emploi. Plus de 90 000 travaillent dans la Fonction publique et quelque 350 000 employés œuvrent dans le secteur privé. 





Source link

leave your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recent Comments

Top Try our App
Try our App